En attendant le Père Noël

de Contamin, Dorin, Melquiot, Tartar

2014

Attendu trois cent soixante-quatre jours par an, personnage mythique
apparu récemment, le Père Noel n'a pas réellement d'histoire.

Que savons-nous de lui ? Cela tient d'une présence invisible, merveilleuse,
bienveillante, généreuse... et d'un trop-plein de figures colorées
mais sans relief et sans profondeur, au mieux utiles à fabriquer les
souvenirs lisses d'une enfance en images d'Epinal.
D'abord popularisé par la publicité commerciale, qu'on ait envie d'y
croire ou non, il est considéré, dans l'imaginaire collectif, comme un
personnage de conte que chacun s'est approprié.
Il arrive au moment où nous célébrons le temps qui passe : changement
d'année, allongement progressif des jours... Pour marquer notre
attachement aux plus jeunes, nous avons emprunté à plusieurs traditions
l'image d'un porteur de présents.
Mais de quoi ce personnage installé dans notre mythologie parle-t-il ?

La compagnie Fond de scène a demandé à d'autres porteurs de
présents, des artistes qui adressent eux aussi une partie de leur
parcours à l'enfance, de "dessiner" un Père Noël en dehors de son
temps habituel. Une opportunité de le voir ainsi aller au-devant des
enfants (de tous âges, cela va de soi) dans une autre condition, plus
propice à dévoiler quelque chose de lui.

Ce spectacle est une histoire d'errance de Pères Noël.
Le premier a perdu jusqu'au sentiment de lui-même. Ne lui reste que le
souvenir diffus d'une relation privilégiée aux oiseaux et à la forêt.
Le deuxième, aux prises avec une mère dominante qui ne voit pas dans
cette condition professionnelle une situation suffisamment stable
pour sa progéniture, cherche le p´tit boulot pérenne qui la rassurera.
Le troisième partage avec le premier des doutes sur le rapport de la
foule à la magie de Noël, constatant avec amertume le désenchantement
du quotidien.
Le quatrième et dernier, le plus impatient face aux facéties de la
mémoire, propose d'écrire sa vie, de bâtir le récit qui extirpe le quotidien
du banal.
Entre ces quatre histoires, pas de suite narrative, pas d'évolution ni de
ligne dramaturgique apparente. Et pourtant...

Attention, les quatre pièces peuvent être jouées dans un même spectacle sur une scène de théâtre (voir les photos), mais il est également possible d'en accueillir seulement deux d'entre-elles en classe ou à domicile (voir vidéo)Vidéo en classe

En cours| Intérieur| Ça se joue
Vidéo(s)

Extrait

…Une fois j’ai eu un doute : une photo d’un grand paquebot, pour une
croisière de Noël en Méditerranée, on me voyait pas bien, j’étais de dos,
y avait le sapin avec les boules (geste pour évoquer le clignotement,
comme un feu d’artice :) bing-bang, les guirlandes du réveillon, tout ça
très beau, je… Peut-être. Au niveau du dos, des épaules, le costume…
Y avait quelque chose. Peut-être que c’était moi. Peut-être que peut-être
pas. Parce que des costumes rouge et blanc, hein, à la Noël… Je dirais
pas que ça court les rues mais presque. En tout cas ça court les croisières
on dirait… (Laurent Contamin)

Distribution

Brèves de théâtre
de Laurent Contamin, Philippe Dorin,
Fabrice Melquiot et Luc Tartar
Interprétées et mises en scène par Jean-Pierre Cliquet et Olivier David
Scénographie : Gilbert Epron
Lumières : Phillipe Lacombe
Univers sonore : Francine Ferrer
Vidéo et illustrations : Léandre Bernard-Brunel
Costumes : Yamina Ouzouir et Bruno Jouvet
avec le gracieux concours de la Compagnie Turbul pour les costumes du Père Noël
Les textes sont édités chez Lansman Editeur - Collection "Théâtre en
Tête".

Dossier de presse Fiche technique